Démiurge Digital

Designer graphique

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Villa :

Rendus en 3D d'une villa d'un particulier.

  • Tout
  • 3D
  • Africaine
  • Araignée
  • Chauve-Souris
  • Cheval
  • Déesse
  • Fourmis
  • Girafe
  • Graphisme
  • Histoire
  • Libellule
  • Photographie
  • Vidéo
  • Web

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi la 3D ?

Au plus loin que je me souvienne, ma fascination de la 3D me vient des Men-In-Black. Mais j’étais trop jeune pour comprendre ce qu’était la 3D, alors je dirais que c’est Chris Columbus avec le tout premier Harry Potter en 2001 qui m’a introduit à cet univers sans limite qu’est la 3D.

Je trouvais extraordinaire cette capacité à troubler la perception de ce qui est imaginé et de ce qui est réalité, même si cela ne durait que quelques heures. J’admirais le pouvoir qu’avait la 3D pour faire rêver un enfant et le plonger au tréfond de son imagination. Mais à l’époque, je n’étais qu’un enfant fasciné par une technologie et je ne concevais pas encore l’idée que la 3D puisse un jour faire partie de ma vie.
Bien que le déclic se soit fait plus tard par ce film “Avatar” réalisé par James Cameron en 2009 et qui est à mon sens un chef d’œuvre autant sur l’aspect moral que sur l’aspect technique.
C’est à l’issue du visionnage de ce film qu’il m’est apparu évident que je devais apprendre à manier la 3D.

Alors je suis parti étudier la 3D et au cours de mon apprentissage, je me suis remis en question :

Avais-je réellement un projet pour la 3D ?
Où était-ce parce que j’en avais la capacité d’apprentissage ?

Nul doute que la 3D allait jouer un rôle important dans la recherche de mon empreinte graphique.

Après avoir appris les fondamentaux de la 3D, je suis retourné chez moi afin de digérer cette expérience.
J’ai alors repris mon entraînement et continué la recherche de mon empreinte.

Finalement la 3D a fait évoluer ma conception ainsi que ma vision de l’art.
Je peux dire aujourd’hui que la 3D et moi ne faisons plus qu’un.
C’est l’une de ces compétences apprises à la volée et maîtrisée par la pratique qui m’a révolutionné.

Mes travaux :

Quelques rendus en 3D.

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Villa :

Rendus en 3D d'une ville d'un particulier.

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi la 3D ?

Au plus loin que je me souvienne, ma fascination de la 3D me vient des Men-In-Black. Mais j’étais trop jeune pour comprendre ce qu’était la 3D, alors je dirais que c’est Chris Columbus avec le tout premier Harry Potter en 2001 qui m’a introduit à cet univers sans limite qu’est la 3D.

Je trouvais extraordinaire cette capacité à troubler la perception de ce qui est imaginé et de ce qui est réalité, même si cela ne durait que quelques heures. J’admirais le pouvoir qu’avait la 3D pour faire rêver un enfant et le plonger au tréfond de son imagination. Mais à l’époque, je n’étais qu’un enfant fasciné par une technologie et je ne concevais pas encore l’idée que la 3D puisse un jour faire partie de ma vie.
Bien que le déclic se soit fait plus tard par ce film “Avatar” réalisé par James Cameron en 2009 et qui est à mon sens un chef d’œuvre autant sur l’aspect moral que sur l’aspect technique.
C’est à l’issue du visionnage de ce film qu’il m’est apparu évident que je devais apprendre à manier la 3D.

Alors je suis parti étudier la 3D et au cours de mon apprentissage, je me suis remis en question :

Avais-je réellement un projet pour la 3D ?
Où était-ce parce que j’en avais la capacité d’apprentissage ?

Nul doute que la 3D allait jouer un rôle important dans la recherche de mon empreinte graphique.

Après avoir appris les fondamentaux de la 3D, je suis retourné chez moi afin de digérer cette expérience.
J’ai alors repris mon entraînement et continué la recherche de mon empreinte.

Finalement la 3D a fait évoluer ma conception ainsi que ma vision de l’art.
Je peux dire aujourd’hui que la 3D et moi ne faisons plus qu’un.
C’est l’une de ces compétences apprises à la volée et maîtrisée par la pratique qui m’a révolutionné.