Démiurge Digital

Designer graphique

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Mes travaux :

Quelques rendus en 3D.

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi le Graphisme ?

J’ai appris le graphisme à l’âge de 15 ans, au lycée durant mes années de formation.
Au début, le graphisme n’était pas une passion, mais plus une forme d’expérimentation, car j’y voyais une continuité à la recherche de mon style artistique. Ma formation était particulièrement axée sur les techniques d’impressions, les types de papiers, les calculs du grammage, le chemin de fer, les marges des catalogues et les différents plis des dépliants, etc…
En gros, tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la chaîne d’impression.

Mes professeurs à cette époque souhaitaient faire de moi et mes collègues de parfaits professionnels et ils ne cherchaient pas en premier lieu à développer notre empreinte graphique.

C’est hors contexte scolaire que j’ai appris à concevoir des affiches, des cartes de visites, des illustrations, des logotypes et des photomontages. C’est tout un univers qui s’est ouvert à moi avec d’innombrables possibilités de création en tout genre.
Durant ces années d’entraînement, de pratique, j’ai réalisé qu’aucune idée n’était mauvaise dans le Graphisme, car il y avait une place pour toutes les idées. Chaque idée avait son public. Et c’est à ce moment précis que je me suis épris de passion pour le graphisme.

Je fais tout de même la dissociation entre l’art et le graphisme, car l’art m’aide à acheminer mes pensées vers la création d’une idée quand le graphisme m’aide à synthétiser plusieurs idées vers l’aboutissement d’un concept.

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi le Graphisme ?

J’ai appris le graphisme à l’âge de 15 ans, au lycée durant mes années de formation.
Au début, le graphisme n’était pas une passion, mais plus une forme d’expérimentation, car j’y voyais une continuité à la recherche de mon style artistique. Ma formation était particulièrement axée sur les techniques d’impressions, les types de papiers, les calculs du grammage, le chemin de fer, les marges des catalogues et les différents plis des dépliants, etc…
En gros, tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la chaîne d’impression.

Mes professeurs à cette époque souhaitaient faire de moi et mes collègues de parfaits professionnels et ils ne cherchaient pas en premier lieu à développer notre empreinte graphique.

C’est hors contexte scolaire que j’ai appris à concevoir des affiches, des cartes de visites, des illustrations, des logotypes et des photomontages. C’est tout un univers qui s’est ouvert à moi avec d’innombrables possibilités de création en tout genre.
Durant ces années d’entraînement, de pratique, j’ai réalisé qu’aucune idée n’était mauvaise dans le Graphisme, car il y avait une place pour toutes les idées. Chaque idée avait son public. Et c’est à ce moment précis que je me suis épris de passion pour le graphisme.

Je fais tout de même la dissociation entre l’art et le graphisme, car l’art m’aide à acheminer mes pensées vers la création d’une idée quand le graphisme m’aide à synthétiser plusieurs idées vers l’aboutissement d’un concept.