Démiurge Digital

Designer graphique

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Mes travaux :

Quelques pistes audio.

Actuellement en vente .mp3, .wav, trackout.
24 mars 2022
7 Musiques
Sorry, no results.
Please try another keyword
  • 123bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse 3D}
  • 113bpm, #Background_Musique #Musique_Ambiance {Déesse Art}
  • 146bpm, #Reggaeton {Déesse Photo}
  • 125 bpm, #Synthwave_Dancehall {Déesse Graphisme}
  • 103bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Web}
  • 154bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Musique}
  • 130bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse Vidéo}

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi la Musique ?

Je crois bien que dans l’existence de tout être vivant, la deuxième connexion à la vie après la nourriture ingérée par la mère et transmise à l’enfant dans son ventre, est le son environnant. Les battements du cœur de celle-ci ainsi que le bruit de ses autres organes sont probablement les premières musiques entendues par chaque être vivant.
On peut alors en déduire qu’en jouant et en pratiquant de la musique, on se plonge dans une nostalgie de l’enfance, une chasse aux souvenirs lointains, aux souvenirs oubliés dans les tréfonds de notre mémoire.

Chercherait-on en vain à travers la musique, à retrouver l’accès à ce confort et cette sécurité que nous procurait la gestation ?

Les peintures sur certaines grottes d’Afrique du Sud, nous montrent que la musique n’a cessée d’aider l’homme à se connecter au monde imperceptible qui l’entoure.
La musique n’a cessée de l’accompagner dans sa quête de la transcendance.
Mais elle a également acquis ce don d’abstraire la laideur du système et d’en remplacer chaque défaut par un minuscule instant d’inconscience.

Sa décadence en simple thérapie des mœurs a été le passage de son évolution qui m’a été le plus intéressant à écouter. Car derrière chaque texte moralisant ou promotionnant la drogue et le sexe, se trouvait une mélodie hypnotisante qui altérait nos émotions. Provoquant tantôt un excès d’émotions, puis la régulant tantôt et extrayant ainsi du tréfond de notre mémoire des souvenirs jadis oubliés.

Cette évolution technologique qui a permis à tout un chacun d’être le compositeur de sa propre musique et par la même occasion a permis de se créer son autothérapie, a été l’élément qui m’a séduit dans la musique.

Prêt(e) à faire partie

D'un AUTRE PROJET ?

Ouvre et découvre

ce qu'a à dire le livre

Mes travaux :

Quelques pistes audio.

Actuellement en vente .mp3, .wav, trackout.
24 mars 2022
7 Musiques
Sorry, no results.
Please try another keyword
  • 123bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse 3D}
  • 113bpm, #Background_Musique #Musique_Ambiance {Déesse Art}
  • 146bpm, #Reggaeton {Déesse Photo}
  • 125 bpm, #Synthwave_Dancehall {Déesse Graphisme}
  • 103bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Web}
  • 154bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Musique}
  • 130bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse Vidéo}

Intention du projet

Un ciel empli de lents et d’imposants voyageurs tous assombrit par l’absence du Rê. Des silhouettes bruyantes et mouvantes, surgissant de l’obscurité , sautillants de part et d’autres, puis aussitôt s’évanouissant dans la toute-mère. Lune était de garde, seule témoin d’une chasse aux fauves. Elle a jurée entendre les hurlements de Shangô quand celui-ci disait dormir.

Anhk subtilisé, recyclé et remplacé, était-ce le bon vouloir d’Âmon ?

Voilà l’histoire racontée de 7 femmes à la peau d’ébène.

Je ne compte pas m’étendre sur l’explication de ce projet artistique, car l’art ne devrait jamais être expliqué. L’art est avant tout personnel, il est une porte vers l’introspection. Chacun son avis, chacun ses interprétations.

Les Femmes et la femme à la peau noire sont au centre de ce projet. Cette créature aussi fascinante que rebutante, aussi simple que complexe, aussi douce qu’amère est ma muse. Aussi féminine qu’elle soit par ces gestes mûrement réfléchit, ces parfums et ces couleurs qu’elle entremêle avec aisance et malgré ces mots pesés à la syllabes près. Ces yeux ne peuvent taire cette haine de l’inégalité qui alimente ses ambitions de réussite.

La création ne peut être offerte à un être faible. Créer ce qui n’existait pas, puis insuffler la vie n’a rien d’anodin. C’est l’œuvre de la Vie elle-même.

Ce projet est mon humble message d’amour adressé à l’ensemble des êtres-vivants du sexe féminin. Mes encouragements à ces femmes, à ces mères.

Pourquoi la Musique ?

Je crois bien que dans l’existence de tout être vivant, la deuxième connexion à la vie après la nourriture ingérée par la mère et transmise à l’enfant dans son ventre, est le son environnant. Les battements du cœur de celle-ci ainsi que le bruit de ses autres organes sont probablement les premières musiques entendues par chaque être vivant.
On peut alors en déduire qu’en jouant et en pratiquant de la musique, on se plonge dans une nostalgie de l’enfance, une chasse aux souvenirs lointains, aux souvenirs oubliés dans les tréfonds de notre mémoire.

Chercherait-on en vain à travers la musique, à retrouver l’accès à ce confort et cette sécurité que nous procurait la gestation ?

Les peintures sur certaines grottes d’Afrique du Sud, nous montrent que la musique n’a cessée d’aider l’homme à se connecter au monde imperceptible qui l’entoure.
La musique n’a cessée de l’accompagner dans sa quête de la transcendance.
Mais elle a également acquis ce don d’abstraire la laideur du système et d’en remplacer chaque défaut par un minuscule instant d’inconscience.

Sa décadence en simple thérapie des mœurs a été le passage de son évolution qui m’a été le plus intéressant à écouter. Car derrière chaque texte moralisant ou promotionnant la drogue et le sexe, se trouvait une mélodie hypnotisante qui altérait nos émotions. Provoquant tantôt un excès d’émotions, puis la régulant tantôt et extrayant ainsi du tréfond de notre mémoire des souvenirs jadis oubliés.

Cette évolution technologique qui a permis à tout un chacun d’être le compositeur de sa propre musique et par la même occasion a permis de se créer son autothérapie, a été l’élément qui m’a séduit dans la musique.