Démiurge Digital

Designer graphique

Actuellement en vente .mp3, .wav, trackout.
19 mai 2022
Sorry, no results.
Please try another keyword
  • 130bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse Vidéo}
  • 103bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Web}
  • 146bpm, #Reggaeton {Déesse Photo}
  • 154bpm, #Dark_Background #Sombre_Ambiance {Déesse Musique}
  • 125 bpm, #Synthwave_Dancehall {Déesse Graphisme}
  • 123bpm, #Background_Music #Musique_Ambiance {Déesse 3D}
  • 113bpm, #Background_Musique #Musique_Ambiance {Déesse Art}

Jouer le thème musical

Le sang vaticine

Un sentier sans lendemain

Non loin d’un fleuve dont les eaux témoignent de romances et de tragédies, se discutent dans un royaume aux terres noires et verdoyantes, à l’abri des regards et dans un palais dont les murs racontent des histoires, l’intronisation d’une héritière hors du commun.

« Que veux-tu dire par là ? »

« Je veux dire par là que cet enfant rencontrera des difficultés à être reconnu un jour comme légitime reine du royaume. »

« Et qu’en sais-tu ? Cet enfant, je l’ai mis au monde. Je l’ai porté durant 9 mois. La shamane m’avait prévenu qu’elle naîtrait différente des autres enfants, mais que ça singularité ferait d’elle une grande impératrice. »

« Ma reine, ma sœur, toi et mon Roi devriez essayer d’enfanter un héritier masculin qui saura diriger notre armée et faire prospérer notre royaume. »

« Cela fait des années que nous essayons. »

« Essayez encore un peu plus. »

« Non, cet enfant régnera sous la protection de Bastet et Sekhmet. Hatchepsut elle-même a régné seule sur le royaume de Kemet, et son royaume fut l’un des plus prospères. Alors tout comme son père, cet enfant portera sur la tête, les deux serpents. »

« Je reconnais bien là, dans ton sang, la témérité d’Hatchepsut. »

Dans ce décor antique et sous une chaleur étouffante, se dessine au loin dans une allée de marchands et de palmiers, une silhouette élancée et robuste. Dans un cliquetis harmonieux de sons de métal qui se frottent, s’avance à l’allure victorieuse, un homme. L’abondance des gouttes de sueurs qui s’écoulent le long de ses bras musclés reluisent sa peau satinée, noircie par l’énergie créatrice du soleil, avant d’immédiatement s’évaporer à la rencontre du sol. L’homme au visage rigide, d’un geste de la main, salue les passants qui se prosternent devant son imposante carrure. L’armure d’acier, d’argent et d’or qu’il revêt attise le désir des dames de compagnie. Celles-ci interrompent leur action l’instant d’une révérence, puis reprennent leur activité. Ce sont aux portes sculptées d’un bâtiment fait de roches taillées que se dirige l’homme qui pénètre dans les lieux et s’évapore dans l’ombre des longs tissus de soie qui ornent le plafond. À l’intérieur, chorégraphient cordonniers et couturiers œuvrant à l’unisson dans les grâces de sa majesté, découpant, cousant, entremêlant tissus et objets organiques. Tous chantent, dansent, virevoltent avec un tissu à la main dans un quadruple de salles où flotte dans les airs une odeur des plus appréciables. Celle de milliers de roses entreposées dans une salle sur un drap d’un blanc immaculé.

L’homme continue de s’avancer dans la grande salle ombragée et ventilée par de multiples ouvertures murales. Elle est éclairée par la lumière tamisée qui émane du feu des lampes à l’huile, disposées avec précaution aux coins des salles. L’odeur de l’essence de rose concoctée par les parfumeurs de sa majesté, embaume les pièces dans leur globalité, couvrant ainsi les émanations acidulées et grasses de l’huile en combustion. Les nombreux tissus séchant au plafond ondulent au gré du vent et éclipsent du champ de vision de la reine l’arrivée de l’homme.

« Les astres prédisent que cet hiver sera plus doux que celui de l’an passé… »

« Il faut en informer les agriculteurs afin qu’ils prolongent les champs pour accroître nos récoltes. Ainsi, nous aurons largement assez de provisions pour subvenir aux besoins du peuple jusqu’à l’été prochain. Nous pourrons prêter attention aux royaumes voisins en récoltant des fraises et en les offrant à ces derniers en gage d’amitié. »

« C’est une excellente idée ma Reine. Il m’a été rapporté que l’épouse du Roi Heenok appréciait fortement les fraises. »

« En effet sa majesté est une femme dont la compagnie n’est que fou rire et plaisir gustatif. »

« Essaies-tu de … »

D’un revers de la main, sont balayés les tissus ornant l’entrée de la pièce où se trouve la reine.

« Ma tendre, douce et fraîche brise d’hiver, sais-tu à quel point tu emplis mon cœur de fraîcheur ? »

« Mon adorable, irrésistible et merveilleux flocon de neige, bien entendu que je ne le sais que fort bien. »

« Grrrrrrr vient dans mes bras ma reine, tu m’as manquée. »

Gêné par cette abondance d’amour, le frère de la reine décide de s’éclipser en silence.

« Où vas-tu Prince ? Ton Roi t’a-t-il dit de t’en aller ? »

« Toutes mes excuses mon Roi, je ne voulais pas … être de trop. »

« Allons mon Prince ! Un Roi ne peut-il pas exprimer son amour à sa Reine ? »

« Vous avez entièrement raison mon Roi. »

« Le conseil des ancêtres a statué et il m’a suggéré de te confier la protection de la cité que nous venons de bâtir au Sud. »

« Mon Roi, c’est un honneur, je… »

« Ton implication dans le pacifisme de notre royaume avec les royaumes voisins a démontré ton aptitude à protéger notre peuple. Tu es le jeune frère de ma reine et cela fait de toi mon jeune frère. Alors, en tant que tel, il en va de ta responsabilité de veiller à la prospérité de notre royaume. »

« Merci mon Roi, je vous honorerai par mon indéfectible loyauté envers les deux serpents. »

« Va donc voir les scribes, ils te remettront une missive à remettre à la générale de corps d’armée qui protège actuellement la cité au Sud. »

Le Prince s’en va à la rencontre des scribes, passant les portes d’entrée et s’évaporant sous l’intense luminosité du soleil au zénith.

« Mon époux, crois-tu que cela soit une bonne décision ? »

« Ma reine, l’heure est venue d’attribuer des responsabilités au jeune Prince. Si un jour je venais à mourir, il est celui qui devra préparer notre fille à son rôle de reine. »

Chapitres verrouillés

Pour déverrouiller ces chapitres, procéder à l’achat de l’œuvre complète. En achetant l’œuvre complète, vous débloquer l’accès à l’e-book : “Le sang vaticine”.

Prix : 3,99€ HT

Partager :

Actuellement en vente
5 février 2022
Sorry, no results.
Please try another keyword

Jouer le thème musical

Le sang vaticine

Un sentier sans lendemain

Non loin d’un fleuve dont les eaux témoignent de romances et de tragédies, se discutent dans un royaume aux terres noires et verdoyantes, à l’abri des regards et dans un palais dont les murs racontent des histoires, l’intronisation d’une héritière hors du commun.

« Que veux-tu dire par là ? »

« Je veux dire par là que cet enfant rencontrera des difficultés à être reconnu un jour comme légitime reine du royaume. »

« Et qu’en sais-tu ? Cet enfant, je l’ai mis au monde. Je l’ai porté durant 9 mois. La shamane m’avait prévenu qu’elle naîtrait différente des autres enfants, mais que ça singularité ferait d’elle une grande impératrice. »

« Ma reine, ma sœur, toi et mon Roi devriez essayer d’enfanter un héritier masculin qui saura diriger notre armée et faire prospérer notre royaume. »

« Cela fait des années que nous essayons. »

« Essayez encore un peu plus. »

« Non, cet enfant régnera sous la protection de Bastet et Sekhmet. Hatchepsut elle-même a régné seule sur le royaume de Kemet, et son royaume fut l’un des plus prospères. Alors tout comme son père, cet enfant portera sur la tête, les deux serpents. »

« Je reconnais bien là, dans ton sang, la témérité d’Hatchepsut. »

Dans ce décor antique et sous une chaleur étouffante, se dessine au loin dans une allée de marchands et de palmiers, une silhouette élancée et robuste. Dans un cliquetis harmonieux de sons de métal qui se frottent, s’avance à l’allure victorieuse, un homme. L’abondance des gouttes de sueurs qui s’écoulent le long de ses bras musclés reluisent sa peau satinée, noircie par l’énergie créatrice du soleil, avant d’immédiatement s’évaporer à la rencontre du sol. L’homme au visage rigide, d’un geste de la main, salue les passants qui se prosternent devant son imposante carrure. L’armure d’acier, d’argent et d’or qu’il revêt attise le désir des dames de compagnie. Celles-ci interrompent leur action l’instant d’une révérence, puis reprennent leur activité. Ce sont aux portes sculptées d’un bâtiment fait de roches taillées que se dirige l’homme qui pénètre dans les lieux et s’évapore dans l’ombre des longs tissus de soie qui ornent le plafond. À l’intérieur, chorégraphient cordonniers et couturiers œuvrant à l’unisson dans les grâces de sa majesté, découpant, cousant, entremêlant tissus et objets organiques. Tous chantent, dansent, virevoltent avec un tissu à la main dans un quadruple de salles où flotte dans les airs une odeur des plus appréciables. Celle de milliers de roses entreposées dans une salle sur un drap d’un blanc immaculé.

L’homme continue de s’avancer dans la grande salle ombragée et ventilée par de multiples ouvertures murales. Elle est éclairée par la lumière tamisée qui émane du feu des lampes à l’huile, disposées avec précaution aux coins des salles. L’odeur de l’essence de rose concoctée par les parfumeurs de sa majesté, embaume les pièces dans leur globalité, couvrant ainsi les émanations acidulées et grasses de l’huile en combustion. Les nombreux tissus séchant au plafond ondulent au gré du vent et éclipsent du champ de vision de la reine l’arrivée de l’homme.

« Les astres prédisent que cet hiver sera plus doux que celui de l’an passé… »

« Il faut en informer les agriculteurs afin qu’ils prolongent les champs pour accroître nos récoltes. Ainsi, nous aurons largement assez de provisions pour subvenir aux besoins du peuple jusqu’à l’été prochain. Nous pourrons prêter attention aux royaumes voisins en récoltant des fraises et en les offrant à ces derniers en gage d’amitié. »

« C’est une excellente idée ma Reine. Il m’a été rapporté que l’épouse du Roi Heenok appréciait fortement les fraises. »

« En effet sa majesté est une femme dont la compagnie n’est que fou rire et plaisir gustatif. »

« Essaies-tu de … »

D’un revers de la main, sont balayés les tissus ornant l’entrée de la pièce où se trouve la reine.

« Ma tendre, douce et fraîche brise d’hiver, sais-tu à quel point tu emplis mon cœur de fraîcheur ? »

« Mon adorable, irrésistible et merveilleux flocon de neige, bien entendu que je ne le sais que fort bien. »

« Grrrrrrr vient dans mes bras ma reine, tu m’as manquée. »

Gêné par cette abondance d’amour, le frère de la reine décide de s’éclipser en silence.

« Où vas-tu Prince ? Ton Roi t’a-t-il dit de t’en aller ? »

« Toutes mes excuses mon Roi, je ne voulais pas … être de trop. »

« Allons mon Prince ! Un Roi ne peut-il pas exprimer son amour à sa Reine ? »

« Vous avez entièrement raison mon Roi. »

« Le conseil des ancêtres a statué et il m’a suggéré de te confier la protection de la cité que nous venons de bâtir au Sud. »

« Mon Roi, c’est un honneur, je… »

« Ton implication dans le pacifisme de notre royaume avec les royaumes voisins a démontré ton aptitude à protéger notre peuple. Tu es le jeune frère de ma reine et cela fait de toi mon jeune frère. Alors, en tant que tel, il en va de ta responsabilité de veiller à la prospérité de notre royaume. »

« Merci mon Roi, je vous honorerai par mon indéfectible loyauté envers les deux serpents. »

« Va donc voir les scribes, ils te remettront une missive à remettre à la générale de corps d’armée qui protège actuellement la cité au Sud. »

Le Prince s’en va à la rencontre des scribes, passant les portes d’entrée et s’évaporant sous l’intense luminosité du soleil au zénith.

« Mon époux, crois-tu que cela soit une bonne décision ? »

« Ma reine, l’heure est venue d’attribuer des responsabilités au jeune Prince. Si un jour je venais à mourir, il est celui qui devra préparer notre fille à son rôle de reine. »

Chapitres verrouillés

Pour déverrouiller ces chapitres, procéder à l’achat de l’œuvre complète. En achetant l’œuvre complète, vous débloquer l’accès à l’e-book : “Le sang vaticine”.

Prix : 3,99€ HT

Remonter

Partager :